Chronologie

Janvier 1966 : deux journalistes feront jaillir l’affaire Ben Barka, Jacques Derogy et Jean François Khan ,ils travaillent pour l’express.Le journal titrera en couverture du journal « J’ai vu tuer BenBarka »et en sous titre : « Le récit d’un témoin » qui était Georges Figon.La nouvelle fit sensation dans les milieux de la presse et dans le public.

L’enquête judiciaire de l’époque fait apparaître quelques protagonistes politiciens ,agents des services secrets et truands.

En pleine campagne électorale pour la réélection du Général De Gaulle à la présidence de la République ,l’affaire soulève l’indignation des milieux politiques français,notamment l’opposition de gauche ,François Mitterrand en tête .

Le 21 février 1966 : le Général De Gaulle minimise la part la part des services secrets français et fait porter toute la responsabilité sur le Général Oufkir et déclare lors d’une conférence de presse : « Du cote français que s est il passe,rien que de vulgaire et de subalterne. Rien absolument rien n indique que le contre espionnage et la police en tant que tels et dans leur ensemble aient connu l’opération à fortiori qu ils l’ aient couverte. »

cobert

 

17 avril 1967 : second procès ,167 témoins défilent, un verdict acquitte Dlimi et les protagonistes français à l’exception de Lopez et Souchon condamnes à 8 et 7 ans de prison.

Oufkir,grand responsable de la disparition de Ben Barka, est condamné par contumace à la réclusion à perpétuité .

Cette condamnation d’un ministre étranger en exercice, provoquera le gel des relations diplomatiques franco-marocaines ,pendant deux ans.

1975 : le fils de Mheidi Ben Barka dépose une nouvelle plainte pour « assassinat ,tentative d’assassinat et complicité d’assassinat. 1982 : Pierre Mauroy premier ministre socialiste autorise la réouverture d’une partie des dossiers ,sous réserve que cela ne porte pas atteinte a la sécurité nationale.

Toutefois 200 pièces émanant de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) et de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE,autrefois SDECE),restent classifiées.

carton2004 : « le Secret Défense » est levé sur l’ensemble du dossier par le ministre de la Défense Michelle Alliot Marie

73 documents manquants sont mis à la disposition de la justice et des historiens

2005 : le ministre de la justice nomme un juge d’instruction pour faire le point sur l’affaire Ben Barka et l’instruction est toujours en cours.

haut de page
haut de page